©2019 par Gifing Ambassador. Créé avec Wix.com

  • Thibault

André Dubois (traficmania) : « Les méthodes miracles n’existent pas »

Mis à jour : janv 30

André Dubois, créateur du blog traficmania et entrepreneur à succès vous dévoile ses astuces pour développer votre business en ligne, et ce même si vous partez de zéro. Faut-il investir dans de la publicité payante ? Vers quels réseaux sociaux faut-il se tourner en priorité ? En quoi la stratégie d’identification est-elle si puissante ? Découvrez les réponses d’André Dubois au travers d’un entretien long, fleuve et tranquille... Zoom.


Bonjour André, pourriez-vous vous présenter aux lecteurs ?


Bonjour à tous. Pour ma part je blogue de façon amateur depuis 2010, et de façon vraiment professionnelle depuis 2013. J’ai fait plusieurs tentatives de monétisation de mes blogs entre la période 2010 et 2013 qui se sont essentiellement soldées par des échecs. Mais en 2013, lorsque j’ai été licencié, j’ai monétisé l’un de mes blogs qui était consacré au tir sportif. Ç’a fonctionné et j’ai pu vivre grâce à ce site pendant trois ans. Je l’ai finalement mis en stand-by pour créer traficmania qui est le site pour lequel je suis le plus connu.


Le site traite de blogging et de marketing en ligne. J’aime beaucoup ajouté une touche d’empathie dans mes articles, ça rend le contenu intéressant et les lecteurs apprécient.


J’ai également lancé il y a bientôt deux ans un nouveau business qui s’intéresse à la pratique du judo et du jujitsu, sports que je pratique moi-même. La thématique étant très visuelle, j’ai lancé une chaîne YouTube baptisée dojoenligne. C’est bien plus parlant de montrer des images à travers des vidéos que d’écrire sur ces thématiques. Quoi qu’il en soit, c’est un projet qui a été monétisé deux mois seulement après son lancement et qui se développe très bien.


Vous dites dans l’un de vos articles sur traficmania : « L’efficacité des astuces ne sera jamais supérieure à la confiance de votre audience. » Sous-entendez-vous qu’un débutant en business en ligne, sans communauté derrière lui, n’a pratiquement aucune chance de vendre le moindre produit ?


Non pas du tout. La personne qui n’a aucune chance de vendre c’est celle qui va croire qu’il existe des secrets ou des techniques cachées qui vont booster ses ventes. Il suffit de se balader sur YouTube ou sur des blogs de marketing pour entendre des gens faire des promesses totalement excessives. Ces gens vont faire croire qu’en changeant un petit détail ou en utilisant une technique de persuasion, les ventes vont exploser comme par magie. Et bien évidemment, ce n’est pas le cas.


En réalité, le principal levier qui va faire qu’une audience croit en toi, c’est le lien que tu vas réussir à créer entre elle et toi. Et ça ne demande pas tant de temps que ça ! Tu peux y arriver avec quelques articles seulement, mais à condition qu’ils soient très bien rédigés avec une véritable expertise derrière, qu’ils racontent une histoire et qu’ils permettent une identification. A ce moment-là les lecteurs vont se dire : « voilà quelqu’un qui comprend mes problèmes et qui va pouvoir m’aider ». A partir de ce moment-là tu peux faire des ventes.


Alors bien sûr qu’il existe des petites astuces -qui marchent - pour améliorer son trafic, mais seules, elles ne suffisent pas !


Vous avez monétisé votre chaîne YouTube dédiée au judo et au jujitsu en seulement deux mois. Quelle technique avez-vous utilisé pour aller si vite ?


Pour faire connaître la chaîne et accélérer les choses, nous avons mis en place un concours sur Facebook pendant un mois, en investissant dans un budget publicitaire. Pour info, nous faisions gagner un kimono haut de gamme venu tout droit du Japon. Un produit d’excellente qualité donc.


Nous avons récolté ainsi environ 2 400 inscrits en 30 jours. Pour autant, ce n’est pas judicieux de faire de la vente juste derrière. On ne peut pas faire gagner un cadeau et le lendemain proposer aux personnes d’acheter un cours ou une formation.


Nous avons donc laissé s’écouler une période de transition de quelques semaines durant laquelle nous avons donné du contenu gratuitement sur YouTube. En parallèle nous avons travaillé sur une formation qui s’est bien vendue par la suite. Donc entre le lancement du projet qui partait de zéro et la première vente, il s’est écoulé deux mois. Mais sans la confiance qui s’était créée entre mon équipe et notre lectorat, nous n’aurions pas pu faire d’aussi bonnes ventes.


Dans votre vidéo YouTube « Vendez-moi cette formation » vous dites : « Les gens achètent davantage des valeurs communes avec vous, que les caractéristiques de votre produit. » Pourriez-vous développer cette idée qui repose sur une stratégie d’identification ?


L’identification est, selon moi, la principale raison qui va faire que les gens vont acheter un produit. Cette théorie est développée par le conférencier britannique Simon Sinek. Il a fait une conférence TED extrêmement intéressante intitulée « comment les grands leader inspirent l’action » dans laquelle il explique que les gens n’achètent pas un produit parce qu’ils sont convaincus que c’est le meilleur. Ils achètent la raison pour laquelle tu as créé ce produit, ton « pourquoi ».


Ça m’a rappelé pourquoi j’avais créé traficmania. J’ai lancé ce site pour que les gens en difficulté dans leur job de salarié, trouvent un autre chemin. Du coup j’ai remis ça en avant dans mes contenus et mes emails et j’ai vraiment vu un impact sur mes ventes, mon taux d’engagement et le nombre de messages que je recevais. Ç’a encore davantage resserré les liens que j’avais avec mon audience.


Au final c’est assez simple à comprendre. Quelqu’un qui en a marre de son boulot et qui cherche une solution. Si elle tombe sur un site qui lui montre le chemin à suivre pour atteindre un résultat précis, et que ce résultat je l’ai moi-même obtenu en passant par les mêmes galères qu’elle ; le message marketing est très fort et surtout authentique. Tu n’as même pas besoin de convaincre les gens car ils sont déjà convaincus.


Prenons l’exemple d’un joueur de tennis d’un bon niveau qui est sur le point de pouvoir en vivre en semi-professionnel. En mettant en avant un discours du type : « mon site a été créé pour qu’un bon joueur de tennis, puisse franchir un cap et changer de vie ». Cela générera bien plus d’identification que si tu partais sur des contenus du genre « comment servir trois fois plus fort » ou « comment réussir un coup droit parfait ».


"Le message marketing est très fort et surtout authentique. Tu n’as même pas besoin de convaincre les gens car ils sont déjà convaincus."

Dans la continuité de la question précédente, pourriez-vous nous expliquer en quoi la page « à propos » d’un site ou d’une chaîne YouTube est importante ?


Elle est importante car c’est l’un des éléments clés de l’identification. Elle te présente, mais elle explique aussi aux lecteurs pourquoi ils devraient te lire toi et pas un autre.


C’est important d’avoir quelques lignes sur ta propre histoire ; d’autres sur une promesse et sur ce que tu vas leur apporter. C’est primordial de se glisser dans la peau du lecteur pour savoir ce qui l’obsède, comprendre ses problèmes, savoir ce qu’il cherche à améliorer dans sa vie. Comprendre son lectorat sans chercher à lui vendre du rêve, c’est déjà un message très puissant.


Et je confirme bien que la page « à propos » d’un site est consultée. Je le vois dans mes statistiques. Les gens veulent en savoir plus sur qui se cache derrière un blog. C’est donc une page à ne pas négliger !


Lorsque l’on se lance dans un business en ligne pour la première fois, nous avons généralement un travail à côté pour (sur)vivre tout simplement. Mais entre un blog, une chaîne YouTube, tous les réseaux sociaux qui existent, cela demande énormément de temps. Selon vous, faut-il être partout pour réussir ?


Je ne pense pas qu’il faille être partout, car tu ne pourras pas être bon partout. Selon moi, il est nécessaire d’avoir un contenu écrit solide de type blog, car ça permet de capturer des inscrits, et les ventes se font grâce aux inscrits.


YouTube est également un gros réservoir de trafic, et pour certaines thématiques comme le judo, c’est essentiel d’être présent sur cette plateforme. Donc si déjà, tu as un blog et une chaîne Youtube, ça ne te laisse pas beaucoup de temps pour être autre part.


Être en même temps sur Instagram, Facebook, Twitter, Pinterest... C’est une erreur car tu vas être médiocre partout. Si tu dois choisir un réseau social, mieux vaut en prendre un et bien réfléchir à ce qu’il pourra t’apporter. Si tu es en B2B, et que tu vends à des professionnels, peut-être devrais-tu aller sur Linkedin. Si tu es bloggeur cuisine et que ton business repose en partie sur du visuel, peut-être qu’Instagram te conviendra mieux. Les réseaux sociaux, c’est un peu à la carte.


Concernant Twitter, c’est top pour se faire connaître car c’est très facile de trouver des gens qui sont intéressés par ta thématique via les hashtags. Pour reprendre l’exemple du tennis, c’est super simple de voir les gens qui suivent le compte de Federer ou qui sont inscrits au hashtag « #CoupeDavis » par exemple (paix à son âme d’ailleurs - NDLR). Il suffit ensuite de lire leur bio et de les contacter si le profil correspond.


Au final, mon conseil serait de choisir le minimum de support, mais de le faire vraiment bien. Pour ma part, l’essentiel de mes ventes vient des newsletter, et les newsletter, c’est le blog. Donc je mets le paquet sur ce support.

J’ai échangé avec d’autres ambassadeurs Gifing qui m’ont confié que leurs campagnes de pub payantes n’avaient pas vraiment porté leurs fruits. Payer pour de la pub sur YouTube, Facebook ou Google quand on débute, est-ce de l’argent jeté par les fenêtres selon vous ?


La réponse est oui, mais tout le temps, pas seulement quand on débute ! Nous parlions de l’identification précédemment. Si des personnes reçoivent une pub, qu’elles cliquent et qu’elles reçoivent une offre directement, il ne peut pas y avoir de processus d’identification qui se créé. Les gens ne te connaissent pas, ils ne savent pas qui tu es et pourquoi tu vends ce produit. Donc dans ce cas-là, les taux de conversion sont très faibles. Pour l’avoir testé moi-même, je sais que c’est très compliqué.


En revanche, faire une campagne publicitaire pour récolter des inscrits, prendre le temps de leur présenter des articles ou des vidéos progressivement et ensuite faire une offre, là ça marche ! Mais sinon, c’est beaucoup trop direct et ça ne marche pas, ou très (très) mal.


Pour reprendre l’exemple du jeu concours. Tu ne vends pas un produit, tu fais jouer des gens pour leur faire gagner un lot de qualité. Ils trouvent ça cool ! Après bien sûr il faut bien cibler ton audience et choisir le bon lot à faire gagner également. Parce que si tu fais gagner un I Phone, tu vas récolter tout et n’importe quoi niveau adresse mail. En faisant gagner un super kimono, nous savions que nous allions récolter des adresses emails « qualifiées ».


A contrario, quelle serait selon vous la meilleure technique pour se créer une audience ?


Pour ma part j’ai lancé traficmania sans aucune audience et je me suis fait connaître grâce aux articles invités, en allant démarcher les bloggeurs. Ça prend du temps, mais ç’a l’avantage d’être gratuit. Et si c’est bien fait, en ciblant les bons sites, c’est une technique qui fonctionne. Un bon article bien écrit, sur un bon site bien ciblé, m’a rapporté parfois jusqu’à 300 inscrits.


Tu peux aussi démarcher les gens sur des forums. Si tous les jours tu présentes ton blog ou tes articles sur ce genre de plateforme sans mettre forcément en avant ce que tu vends, à force tu vas toucher énormément de personnes. Mais il faut le faire intelligemment sans forcément chercher à vendre dès le premier message.


Pour conclure: réussir en affiliation, et dans un business en ligne de manière générale, c’est plutôt une course de fond ou un sprint selon vous ?


Ça sera toujours une course de fond. Une entreprise, tu as envie que ça dure des années et ça ne peut durer qu’avec du travail régulier. Et ce n’est pas parce que c’est en ligne que ça prend moins de temps et que c’est différent d’une entreprise traditionnelle « physique ».


Il y a des gens qui disent : « moi je fais 1,5 millions d’euro sur l’année ». Ok c’est peut-être vrai, mais ce qu’ils ne disent pas c’est qu’ils investissent 1,3 million dans la publicité, 150 000€ dans des fiscalistes pour faire des montages financiers hyper risqués, et au final il ne leur reste que des miettes. Donc si un jour l’un de leurs produits ne se vend pas aussi bien, ils n’ont plus de budget pour faire leur publicité et tout leur business s’effondre.


Les méthodes miracles n’existent pas. Ce qui marche, c’est produire de la qualité et être persévérant. Faire de la publicité, ça peut accélérer les choses, mais c’est très risqué de baser un business dessus car si tu fais un mauvais mois, tu ne pourras plus compter sur cette stratégie le mois suivant. Ce n’est pas pérenne, méfiance donc. Attention de ne pas confondre chiffre d’affaire et bénéfice.


Mais globalement, c’est assez facile de faire la différence entre un vendeur de rêve et un bloggeur sérieux. Il suffit de regarder le contenu gratuit des webmarketeurs et de le consommer en prenant du recul. Il faut se demander où il y a de la compétence et du travail, et si nous avons appris des choses en consommant ce contenu gratuit. En allant sur certains sites, tu comprends vite que tu n’y trouveras que du vent.

Envie de participer au programme d’affiliation Gifing ? Vous pouvez désormais le faire gratuitement en cliquant sur le lien suivant.

J'ai également réalisé une vidéo dédiée à l'interview d'André Dubois sur ma chaîne YouTube:


120 vues